Le fondateur de L’abeille qui emballe

Partagez cette page

Je m’appelle Guillaume, je suis surfeur, et j’ai  toujours été préoccupé par l’impact négatif du plastique sur l’environnement.

La consommation mondialisée des emballages à usage unique a des impacts sur notre planète qu’on ne voit pas forcément depuis notre quotidien. Pourtant, au cours de mes voyages, j’ai découvert des eaux où les ordures sont plus nombreuses que les poissons et des plages recouvertes de débris, et ce même dans des régions isolées du monde.

Ma deuxième passion, l’apnée, et bien sûr rencontrer la faune marine

Un changement de consommation est nécessaire, l’initiation au « zéro déchet » car on assiste à des transformations irrévocables sur terre : présence de micro-plastique dans la chaîne alimentaire, faune marine malade, sel de mer contaminé,  création «naturelle » d’un 7ème continent constitué de plastique (on parle de plusieurs continents de plastique dorénavant)…

Ce scénario est difficile à accepter mais un changement mondial est tout à fait possible si une conscience collective se met en place et que chacun, à son échelle, tente de réduire sa consommation de produits à usage unique et d’acheter de  manière plus responsable (local, sans emballage, tendre vers le zéro déchet, avoir une attitude « anti gaspi » etc.).

Chaque petite action (adopter une attitude « zéro déchet » comme ramasser des déchets dans la nature & ailleurs, éviter de d’acheter des bouteilles d’eau,  consommer local et en vrac, privilégier les circuits courts, recycler etc.) compte !

Moi surfant une vague à Java en Indonésie, j’adore les tubes 🙂